Accès abonnés

   

Créer un compte

                           
                           

Recherche

Les moteurs de recherche simple et avancée
sont accessibles aux utilisateurs connectés
Vie de la profession

17.09.2009 Vie des cabinets

L’usage de l’internet dans les petits et moyens cabinets d’expertise comptable

Les cabinets comptables doivent faire face aujourd’hui à un problème fondamental d’adaptation et d’évolution du fait de l’augmentation de l’incertitude liée à la concurrence, à un risque de dérèglementation partielle de la profession, et à la volonté de la Commission européenne de réduire les obligations comptables et financières des petites entreprises.

Les technologies de l’information offrent de nombreuses opportunités d’innovation, de création de valeur et d’amélioration de la performance. L’usage d’Internet plus particulièrement pourrait être porteur d’une nouvelle logique de fonctionnement dans les cabinets d’expertise comptable, susceptible de leur permettre de s’adapter aux nouvelles exigences de la profession. Une étude de terrain réalisée par questionnaire auprès de 283 experts-comptables précise l’usage de l’Internet par les experts-comptables dirigeants de petits et moyens cabinets d’expertise comptable et souligne les éléments explicatifs des pratiques observées.

L’analyse approfondie des données recueillies montre que l’usage d’Internet par les experts-comptables est banalisé autour de deux pôles : la communication et la veille informationnelle. Seule une faible minorité de cabinets utilisent Internet pour accéder à des bases de données partagées ou pour permettre à leurs clients de visualiser leur comptabilité en ligne.

L’analyse typologique fait émerger trois profils d’experts-comptables : les « spécialistes », les « pragmatiques » et les « suiveurs ». Les « spécialistes » ne représentent que 15,8% de l’échantillon. Bon nombre d’experts-comptables sont de type « pragmatique » (43,2 %) ou « suiveur » (41 %). Enfin, l’étude identifie l’influence que peuvent avoir les facteurs organisationnels retenus sur les usages identifiés (courants, incontournables, demandant une démarche plus élaborée et marginaux) : la dispersion géographique, la complexité de la structure de l’organisation (cabinet multi-établissements), la pression des clients ou l’appartenance à un réseau.
Auteur : bibliotique ID réf. de l'article : 220397


Sources
Revue Française de Comptabilité, n° 424, 09/2009, p. 35-39
Mots clés

Pays : FRANCE